Notre région, décrite par le Ministère de la guerre en 1839

Aller en bas

Notre région, décrite par le Ministère de la guerre en 1839

Message  Mokhtar le Dim 20 Mar - 20:11

Notre région, décrite par le Ministère de la guerre en 1839

"L'Ouad Tizi, qui prend sa source à Aïn-Sefsafa, se jette, après un cours de 4 lieues, dans des ravins très- accidentés, dans l'Ouad el-Hammam ; entre la Guethna et Hammam ben Ennefia.

La montagne de Kert (Djébel Kert) n'est qu'un prolongement ouest du Chareb el-Rihh : le versant sud de cette montagne est seul cultivé.

La montagne du Pigeon (Djebel el-Hammama) est à l'ouest de la montagne de Kert, et séparée d'elle par la gorge de Tizi.

Le mont Mcharef doit son nom à un petit douar de marabouts qui s'y sont établis; cette montagne n'est qu'une petite chaîne isolée qui sépare en deux la plaine de Froha.

Les Oulad el-Abbad sont des Arabes assez riches, et qui ont une certaine réputation de bravoure.

Leur territoire présente quelques particularités qui méritent d'être signalées, telles sont,
- 1° au village de Kert, situé dans la montagne de ce nom, des ruines d'une certaine importance, dont on ne connaît pas au juste l'origine;
- 2° le mamelon des Maudits (Koudiet el-Meskhoutin), à 4 lieues ouest de Mascara, sur la rive droite de l'Ouad Tizi, près de la route de Mascara à Tlemsen; les formes bizarres affectées par une masse de pierres étalées sur le mamelon dont il s'agit, ont donné cours à des traditions locales assez curieuses;
- 3° les établissements thermaux, connus sous le nom de Hammam ben-Ennefia, et qui sont situés à 6 lieues ouest de Mascara, sur la rive droite de l'Ouad el-Hammam. Le bey Mohammed el-Kebir a fait établir à cet endroit quelques constructions sur des sources d'eau chaude dont l'action est réputée, parmi les gens du pays, très bienfaisante pour les affections muscu-laires, cutanées ou nerveuses;
- 4° à Takelmamat, des ruines que les gens du pays signalent comme celle d'une ancienne cité romaine et qui aurait occupé une grande étendue entre la rive droite de l'Ouad el-Hammam, et le Djebel-Hammama, depuis les bains d'El-Nefia jusqu'à Fkan;
- 5° d'autres ruines, désignées sous le nom de Ksar-bent el-Solthan (palais de la fille du sultan); c'est une tour qui s'élève à un quart de lieue sur la rive gauche de l'Ouad Fkan, et près de l'Ouad el-Hammam ; peut-être pourrait-on la regarder comme une dépendance de Takelmamat."


Source :
"Tableau de la situation des établissements français dans l'Algérie en 1839 "
Par Ministère de la guerre, 1840, page 273

_________________
avatar
Mokhtar
Admin

Nombre de messages : 275
Age : 61
Localisation : Mascara
Date d'inscription : 19/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum