Sidi Daho, biographie

Aller en bas

Sidi Daho, biographie

Message  Mokhtar le Lun 28 Mar - 16:31

Sidi Daho, biographie


SIDI ABD ER-RAHMAN BEN ALI, dit SIDI DAHOU
BEN ZERFA (1)

La généalogie de notre cheïkh, Sidi Dahou, s'établit ainsi :
Abd er-Rahman, — Ali, — A'tsman, de la branche de Rached, — Yahya, — Ali, — Ham-moud (1), — Ali, — Abd Allah, — Amr, — Edris, — Abd Allah el-Kamel, — El-Hassan, — Ben el-Hassan.

Ce personnage étudia les sciences sous la direction de divers maîtres, également éclairés : après avoir suivi les leçons du cheïkh Abd el-Kader ben Khedda, il compta parmi les élèves du cheïkh Bou Ali (El-Hassen ben Ali) ; il devint ensuite le disciple de Sidi Mahammed ben Ali Bahloul, des Medjadja, c'est de lui qu'il reçut l'initiation à l'ordre religieux (des K'adiria, puis, dans la suite, celle des Chadoulia).

Sidi Mahammed ben Ali avait la plus grande affection pour Sidi Dahou ; aussi plusieurs des condisciples de celui-ci se montrèrent-ils jaloux de cette affection. Sidi Mahammed les réprimanda et leur apprit alors que Dieu avait accordé à celui qu'ils jalousaient, dans leur ignorance de son rang et de son pouvoir, une puissance de vue et d'ouïe à nulle autre pareille, et qu'il distinguait et entendait à une distance de quarante jours de marche.

En écoutant les paroles de leur vénéré maître, ils sentirent fondre en eux-mêmes leur mauvais sentiment, et, à partir de ce jour, ils considérèrent Sidi Dahou à l'égal de Sidi Mahammed.

Sidi Dahou (dont j'ai suivi les leçons) avait pour habitude d'ajouter à son nom les épithètes de Zerouali et de Rachedi.
J'en fis la remarque et me permis un jour de lui en demander la raison. « C'est pour indiquer d'une manière précise, me dit-il, qui je suis : la première de ces épithètes fait connaître mon origine notoire; j'appartiens, en effet, aux Beni-Zeroual (2) ; et la seconde apprend que la branche de Rached est la mienne... »

Au cours d'un entretien, ensuite, me parlant de ses ancêtres, il me fit savoir que :

Yahya était mort de mort violente ; ses fils, à ce moment, étaient : El-Hassan, Edris, Ali, Youssef et Amer ; Rached naquit peu après ;
A l'âge de raison, ce dernier s'en fut dans le R'eris, en compagnie de son frère Amer; là, celui-ci se fixa chez les Berbères de la région de Kersout' et il y finit ses jours; ses enfants furent appelés les Beni-Amer ;

Rached, lui, prit pied chez les Haouara, épousa une de leurs filles et devint le père d'Ahmed et de Brahim ;
Ce dernier s'en fut à Tanger et donna naissance aux Oulad Brahim-er-Rachedi ;

et Ahmed, enfin, resta parmi les Haouara, ou dans la contrée, jusqu'à sa mort : il eut douze fils ; ce sont eux qui ont pris le nom de Oulad- Rached.

— J'ajouterai que j'ai retrouvé ce qui précède, et l'indication de cette origine, sur un écrit tracé par le savant très connu, Sidi A'tsman ben Aïssa, ancêtre de Sidi Dahou.

Son fils, Sidi Mohammed, me rapporta un jour, en présence de son frère, Sidi Ahssen, alors que nous étions auprès de la tombe de son père, qu'il ne cessait de leur prodiguer de bons conseils et des encouragements. Et, ajouta-t-il, quand il envisageait notre désir de nous adonner à la culture des sciences, il nous disait :
« Un esprit éclairé dirige ses efforts vers ce qu'il ne connaît pas. Instruisez-vous, car l'étude ennoblit encore celui qui est noble d'origine : la science est la seule richesse (3) ».

Dieu, en maints passages de son Livre, poursuivait-il, a rendu hommage aux hommes
de science : il a dit :
« Dieu lui-même est témoin qu'il n'y a d'autre Dieu que Lui ; les anges et les hommes doués de science et de droiture répètent : il n'y a d'autre Dieu que Lui, le Puissant, le Sage (4)... »
« Ceux qui savent entendent seuls les paraboles (5)... »
« Les plus savants de ses serviteurs le craignent (6)... »
« Ceux qui savent et ceux qui ignorent seront-ils traités de la même façon? (7). »


Sidi Dahou, qui repose à Ras-el-Ma (de Toudmam) (7Bis), a laissé plusieurs disciples, entre autres Sidi Mahammed ben Hassena (9) et notre frère, Sidi Abd er-Rahman ed-Dera'ï (10).
Ce dernier fut si douloureusement impressionné, dit-on, par la mort de son maître, qu'il ne tarda pas à rendre le dernier soupir ; on lui donna la sépulture auprès de lui.

Notes :

(1) Cette appellation de Sidi Dahou ben Zerfa, qui a prévalu dans la contrée, a fait oublier et le nom du personnage, et celui de son père.
Dahou est une modification particulière de Abd er-Rahman, et zerfa le nom de la nourrice de Sidi Abd er-Rahman.
Sidi Dahou, dont le nom est populaire dans le Maghreb algérien, et qui descendait d'émigrés andalous, est mort, chargé d'années, en 1060 (inc. 4 janvier 1650).

Au bas d'une pièce qu'on lui attribue, on lit : « Écrit, au moment du déclin du soleil, le jour de vendredi du mois honoré de ramadan 998 (juillet-août -1590), par Abd er-Rahman ben Ali
ben A'tsman ben Aïssa er-Rachedi, puisse Dieu lui pardonner ses fautes et celles de ses père et mère. Amen ! »

Les Turcs avaient ce personnage en grande vénération ; ils ont élevé plusieurs goubba à sa mémoire. Peu après leur deuxième occupation d'Oran, ils en construisirent une, qu'ils placèrent sous son vocable, dans l'intérieur même du Château-Neuf, qui était la résidence du bey de la province.

Les Oulad Sidi-Dahou — officiellement Ouled Sidi-Daho — forment aujourd'hui un douar-commune de l'arrondissement de Mascara.
Ses fractions sont : les Oulad Sidi-el-Hacherni, Oulad Sidi-Mohammed, Oulad Sidi-Hassan, Oulad Sidi-Abd-el-Kader, Oulad Sidi-Yabya, etc.

(2) Les Beni-Zeroual, à cette époque, occupaient une partie du territoire actuel des Beni-Chougran.

(3) Sidi Dahou, qui s'est éteint à un âge très avancé, eut la satisfaction de voir ses enfants s'adonner à l'étude et chercher à acquérir des connaissances ; ………..

(4) Cor., sourate III, verset 16.
(5) Cor., sourate XXIX, verset 42.
(6) Cor., sourate XXXV, verset 25.
(7) Cor., sourate XXXIX, verset 12.

(7Bis) Haut bassin do l'Oued Fergoug, à six kilomètres environ de Mascara. Un petit monument que surmontent quatre dômes lui a été élevé en ce lieu, sur une éminence.

(9) Des Oulad-Hassena des Beni-Chougran. Cette fraction descendrait des Beni-Amer de la Mekerra.

(10) De la fraction Ed-Dera'a des Beni-Chougran.
Le commentateur Mohammed el-Djouzi, précédemment nommé, citant le cheïkh Abd er-Rahman, s'exprime ainsi :
« II est connu sous le nom de Dahou ben Zerfa. Zerfa était ou sa nourrice, ou celle de son père. Ce cheïkh était un homme aux vues sûres et aux résolutions fermes, qui avait une aptitude particulière pour les sciences, et il parvint, dans les branches de la théologie, de l'interprétation coranique et de la tradition, à un degré que personne n'avait atteint. Il vécut dans la continence et la piété ; sa vie était partagée entre les pratiques religieuses et l'étude... Il
accomplit le pèlerinage avec son maître, Sidi Mohammed ben Ali des Medjadja; ils demandèrent à Dieu d'accorder le don des sciences à leur postérité, et cette demande fut exaucée.

L'ouvrage « El-Iak'out ou el-Merdjan » : « Perles et corail », ou « Mérites de Sidi Abd er-Rahman, » contient une suite de faits très attachants sur la vie de Sidi Dahou.

Mohammed el-Djouzi dit ailleurs : «Ce personnage était un « Outed », c'est-à-dire un de ces hommes auxquels Dieu accorde un pouvoir surnaturel, et qui sont les étais de la voûte céleste. D'après la croyance commune, ces étais sont au nombre de quatre par région. »

L.GUIN

Extrait de :
« Kitab akd eldjouman ennafis fi dhikr elaayien min achraf Eghriss »
« Le collier de perles précieuses
ou mention des principaux personnages d’origine noble ( de la contrée ) du R’ERIS » par Sid Abd er-Rahman ben Abd Allah ben Ahmed et-Tedjani

« Revue africaine », 1891 (A35), pages 259 et suivantes

_________________
avatar
Mokhtar
Admin

Nombre de messages : 275
Age : 60
Localisation : Mascara
Date d'inscription : 19/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum